Les sites culturels

L’Éthiopie est l’un des pays africains les plus riches culturellement. Il s'y niche des tribus immergées dans des univers symboliques où tout objet, ornement ou cicatrice est un monde culturel.

Avec Ethiotrekking, allez à la rencontre des peuples indigènes d’Éthiopie. Explorez leur incroyable diversité culturelle et ancestrale et découvrez leur différentes coutumes qui font de ces tribus des ethnies fascinantes. 

Konso

Les Konso sont des agriculteurs sédentaires chevronnés, les seuls du sud-ouest éthiopien à s’adonner à la culture en terrasse sur les flancs des collines rocailleuses. Bien que les caractéristiques traditionnelles des Konso s’apparentent aux cultures couchtiques, leurs canons esthétiques, leur artisanat, l’organisation de leurs villages et leur mode d’exploitation agricole différent. Ils procèdent une entité culturelle, sociale et économique qui leur est propre, ils parlent le konsigna, langue couchitique proche des langues Oromo. Les Konso sont divisés en neuf clans. Chacun d’entre eux chérit un prédicateur animiste qui personnifie l’autorité spirituelle du clan et qui joue le rôle d’intermédiaire entre hommes et les puissances divines dont Waqa, le dieu du ciel, il s’applique à faire en sorte que le clan soit prospère et qu’il vive en paix. La topographie de cette zone avec la Terrace inscrite par l’UNESCO comme patrimoine de l’humanité en 2011.l’humanité en 1980.

Bana (Bena)

Les Bana sont agro-pastoral rythmée par les saisons. La principale différence entre les femmes Bana, Ari, et Tsamako reste la forme de la robe. Les Bana et Tsamako sont vêtues de peaux de chèvres généralement, parfois de bovins, tandis que les Ari ont des robes de fibres teintes. Souvent les femmes Bana portent la calebasse sur la tête en guise de couvre chef, ce qui d’une manière leur évite d’encombrer les mains, et de surcroît les protègera du soleil.les Bana, vivent dans les environs de la région montagneuses située entre l’Omo et le weïto. Leur langue, très semblable à celles des Hamar. Comme les Hamar, les Bashada et les autres peuples de la région les Bana célébrant l’événement le Saut du taureau.

Mursi

L’ethnie des Mursi, surtout les femmes Mursi, n’a cessé de susciter l’étonnement et l’émerveillement des voyageurs.il y a 5-6 mille habitants, célèbres femmes à palataux, portent des ornements labiaux, des plateaux d’argile qui peuvent avoir la talle d’une assiette. Places dans la lèvre inférieure.les homes sont de redoutables guerriers. Cette ethnie occupe les régions forestières des Collines situées aux confines oust de la périphérie du parc national de Mago, en bordure de la rivière Omo.au même titre que les Bodi, les Surma, les Nuer et Anuak, les Mursi parlent une langue nilotique. Dans cette région reculée d’Ethiopie. Les hommes Mursi mettent en scène des combats un batôn. Les participants se dessinent sur le corps, à la peinture blanche, des motifs symboliques qui leur assurent la protection de forces surnaturelles.

Surma (Suri)

Les Surma seraient originaires de la région de l’Omo inférieure au borde du lac Turkana, même si leur langue faite plutôt penser à une ascendance nilotique. Ils se défendant vigoureusement de toute parenté avec les Mursi et les Meen, bien qu’ils partagent de nombreux costumes et qu’ils parlent la même langue qu’eux. Les Surma, pour être contraints à cultiver la terre eux aussi se déclarent fièrement pasteures. Ils productions du sorgho et du maïs pour survivre, ils ne changèrent en rien leur système de valeurs, et continuèrent à considère les bovines comme symbole de richesse, noblesse et de statut social. Les villages sont en général composes d’une trentaine de huttes en toit de chaume, à flanc de colline.

Nyangaton (Bumi)

Les Nyangatom sont à la fois agriculteurs et pasteurs. Nyangatom signifie (fusils jaunes) ou mangeurs d’éléphants. Les femmes des Nyangatom sont aisément reconnaissables en effet à leur coiffure, à leurs ornements et à l’aspect de leurs vêtement de peau. Les hommes sont fortement influencés par la mode des ethnies du groupe Karamojong. Au village, les Bumi s’affèrent à faire sécher le sorgho et à remplir leurs grenier à grains. Les Bumi sont spécialisés dans la récolte du mile sauvage dans la forêt et réputés être de bons chasseurs de crocodiles.

Karo (Kara)

Les Karo, seuls sédentaires à part entier de la région se regroupent majoritairement dans le village de Doose et Korcho sur la rive orientale de l’Omo. Les homes se recouvrent Presque tout le corps et le visage de peinture végétale blanche et rouge, les parties de peau laissées à nu formant des motifs variés. Les femmes sont très belles et couvertes de bracelets et de colliers de cauris. Leurs robes en peau de chèvre ou de vache sont finement décorées de perles, de petites pièces métalliques brillantes, et même pour certaines, de douilles de croches percutées.

Hammar

Les Hammar sont des semi-nomades, ils vivent dans l’une des régions les plus arides de la savane méridionale du sud-ouest éthiopien, entre les terres fertiles de l’est et les rives de l’Omo. Dans cette région, seules des termitières de plusieurs mètres de haut, qui s’élèvent comme des cheminées, les acacias, les adenium obesum, aux fleurs roses et rouges et la broussaille brisent la ligne de l’horizon. Les Hamar, femmes comme hommes, ont un sens très aiguisé de l’esthétisme et passent quotidiennement de nombreuses heures à s’embellir.les femmes oignent leur corps d’huile et d’argile. Nues jusqu’à la taille, elles se couvrent les hanches d’une peau de vache incrustée de verroteries colorées. Le rituel le plus important pour les jeunes hommes Hammar est celui qui consacre le passage de l’enfance à l’âge mûr le saut des taureaux.

Dassanech

Les Dassanech possèdent beaucoup de bétail qu’ils élèvent avec grand soin dans ces régions arides. Les Turkana les appellent Menue ou Marille. Le territoire Dassanech s’étend au nord et à l’est du lac Turkana, sur deux rives de l’Omo. Isolés du reste du monde au Cœur de l’une des régions les plus inaccessibles et les plus agitées d’Afrique, les Dassanech continuent à vivre selon leurs traditions. À l’exception des fusils automatiques, rien de la civilisation modern ne semble les intéresser.

Arbore

La région qui entoure le Chew Bahir est aride et plate. Le village d’arbore est l’ultime avant-poste de l’Éthiopie méridionale face à la frontière kenyane. Les arbore ils ne sont pas d’accorde avec les voisine Hammar.les mariages mixtes, avec des jeunes filles d’autres tribus, sont encore règle, si bien homes peut chercher femmes chez les Borana, les Dassench pas chez les Hammar. Comme toutes les autres tribus de la vallée de l’Omo ils suivent le système castes.

Borana

Depuis les profondeurs de la terre, l’eau surgit de main en main au rythme d’une litanie obsédante. Variant le ton et l’intensité des voix le maître du chant règle la cadence du travail comme l’accès des bêtes aux abreuvoirs, afin qu’aucune goutte ne se perde. Tels sont les (puits chantés) des Borana, véritables merveilles d’organisation logistique et de poésie. La vie des Borana dépend exclusivement de celle de leur bétail, leur seule source alimentaire, leur seul bien. Chèvres et moutons fournissent le lait et la viande en abondance, tandis que les ânes et les chameaux servent surtout comme animaux de bât et monnaie d’échange. Borana nourrissent un amour viscéral pour leurs troupeaux. le système social Borana, dit Gada, mesure tout à l’aune du guerrier et à l’art du combat, et s’étaye sur les classes d’âge.

Les sites historiques

Berceau de l'humanité, l'Ethiopie, transpercée par le grand Rift, vous promet d'incroyables randonnées sur les grands thèmes de la géologie, de la préhistoire et de la culture de l'humanité.

Les sites naturels

L'Ethiopie est un pays la géographie variée qui ravira les amateurs de randonnées. En trek en haute Abyssinie pour les richesses de la faune et la flore du mont Simien, ou à la découverte des églises de Labilela, nos circuits mettront vos sens en émoi. 

Les sites religieux

Aujourd'hui laïc et pluri-religieux, L'Ethiopie est le pays africain possédant la plus ancienne civilisation chrétienne. Curieux ou passionné ? Nos guides locaux vous accompagnent à l'aventure pour découvrir les attraits de ces coutumes et célébrations sans égales.